1500 nouveaux exemplaires pour« De l’avoine plein les veines » 

 

de l'avoine plein les veines

Nous vous en parlions fin mars, comme un projet en cours d’éclosion, quelques mois plus tard, le livre de Laurent Gérard « De l’avoine plein les veines » a pris son envol. L’ancien jockey devenu auteur va même lancer l’édition de 1 500 nouveaux livres. Laurent Gérard explique comment le livre a été accueilli.

Quel bilan tirez-vous de la parution de votre premier livre « De l’avoine plein les veines » ?

Je ne savais pas dans quoi je m’embarquais, d’ailleurs j’étais passé par le site KissKiss BankBank (site participatif de projet) afin de m’aider à équilibrer financièrement ce projet. Mais je pense pouvoir dire avoir réussi mon pari. Ce qui me tient à cœur c’est de donner une belle image des courses et faire partager ma passion.

Quel accueil a été réservé à votre livre ?

Très bien. On m’a dit que c’était « un beau livre », que c’est un beau mouvement pour le monde des courses et la jeunesse car je fais passer des valeurs de persévérance et de courage. Je n’ai eu aucun retour négatif.

À tel point, qu’une maison d’édition vous a approché…

Oui par l’intermédiaire d’une amie, la directrice d’une maison d’édition a lu mon livre et m’a dit qu’en tant que professionnelle, elle l’avait trouvé très bien. Elle a voulu m’aider dans mon projet et m’a réalisé des supports de communication et proposé quelques corrections. Nous allons ainsi rééditer 1500 exemplaires qui sont désormais achetables sur le site Amazon.

Afin de remercier vos donateurs sur le site participatif KissKiss BankBank, vous offriez des sorties en immersion dans le milieu. Qu’elle a été la première sortie ?

Il s’agissait d’une visite d’Auteuil et d’un tour de piste au plus près des obstacles avec Jacques Ricou, Dominique Bressou et Jean d’Indy (vice-président chargé de l’obstacle à France-Galop). Jacques Ricou est revenu sur sa victoire avec Milord Thomas dans le Grand Steeple-Chase de Paris, tout comme Dominique Bressou qui a expliqué comment on préparait un cheval à sauter d’aussi gros obstacles. C’était ce qui impressionnait le plus les gens.

Quelles étaient les autres surprises du milieu qu’ils découvraient ?

Le poids des jockeys, beaucoup pensent qu’ils n ‘ont pas besoin de faire régime, d’être à la diète trois jours avant monter, ou de perdre 3 kilos en rentrant de vacances. Il y a aussi ceux qui ne savaient que lorsqu’un jockey ne se classe pas dans les cinq premiers, il peut passer à côté de 1 500 ou 2000€. C’est justement en faisant découvrir les coulisses des courses que certains se rendent compte des réalités du métier.

Quelles ont été les autres sorties ?

Il y a eu une matinée chez Jean-Paul Gallorini avec l’agréable surprise, de voir des professionnels du trot, Romain Larue et Pierre Levesque parmi les KissKiss bankers. Les gens ont eu l’opportunité d’assister à une discussion sur le trot et le galop et l’évolution du métier. La dernière visite en date était chez Christiane Head-Maerek qui est adorable et très ouverte. Elle nous a permis d’assister à deux lots, dont un composé uniquement de poulains. C’était l’occasion de déceler avec elle les bons et les mauvais poulains. Mais surtout c’était le moment d’approcher Trève de près. Certains sont d’ailleurs revenus la voir courir à Saint-Cloud car ils ont eu la sensation d’avoir participé à sa préparation. C’était émouvant.

Quelles sont les prochaines sorties de prévues ?

Les visites de l’hippodrome de Clairefontaine et Deauville avec une découverte du Haras du Mézeray le matin, et peut-être un passage pour voir où se tiennent les ventes. Je cherche vraiment à montrer les coulisses des courses. Les parieurs ont trois minutes de plaisir le ticket dans les mains pendant la course, mais les entraîneurs et les jockeys c’est pareil, ils cherchent l’euphorie de la victoire.

Quels sont vos futurs projets d’écrivain ?

Je souhaite aller au bout du projet de « L’avoine plein les veines » en essayant de le faire traduire en anglais et pourquoi pas en chinois. Christophe Lemaire m’a demandé de lui envoyer quelques livres. Sinon, j’ai déjà une autre idée de livre en tête, ce serait un roman cette fois. Mais je souhaiterais terminer complètement ce projet avant d’en entamer un nouveau. De toute façon, ce sera dans le train que l’inspiration viendra de nouveau.

Propos recueillis par Marion Dubois

Livre Disponible sur Amazon, 12€ ou via la page facebook « Laurent Gérard, écrivain ». 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *