Arian et ses caprices de star

Arian a ses petites habitudes, notamment dans le choix de son jockey !

Arian a ses petites habitudes, notamment dans le choix de son jockey !

Âgé de 10 ans, Arian sera au départ d’un handicap ce samedi à Châteaubriant. Le protégé de l’entraîneur Anne-Cécile Trouvé a un drôle de destin mais surtout un caractère bien trempé. Son entourage est très attaché à lui et cède à tous ses caprices. Qu’importe il le leur rend bien !

Arian aime écouter du Mozart. « C’est un cheval très sensible, le requiem de Mozart l’apaise, nous aussi … », annonce son entraîneur Anne-Cécile Trouvé. Le hongre âgé de 10 ans gagne sa vie dans les handicaps à Paris et en province. Pourtant sa carrière de cheval de course aurait pu rapidement se terminer. Arian a débuté en compétition pour la famille Mérienne, « ses naisseurs », précise l’entraîneur. Destiné à l’obstacle, il rencontre des soucis de santé qui contraignent son entourage de l’époque à s’en séparer au bout de 2 ans. « Un marchand de chevaux est venu le chercher mais Julien Mérienne avait demandé d’essayer de le placer dans une bonne famille car il était attaché à lui », raconte l’entraîneur.

C’est alors qu’au gré des rencontres, le fameux marchand de chevaux apprend qu’Anne-Cécile Trouvé cherche un cheval réformé pour sa stagiaire. « Elle débutait dans le métier et je n’étais pas rassurée de lui confier mes chevaux à l’entraînement». Les quinze premiers jours Arian s’est montré comme le candidat idéal. «Très calme », se rappelle Anne-Cécile Trouvé. Cela n’a pas duré longtemps. En bon cheval de course, Arian a repris de l’état et du moral, et s’est montré de plus en plus « actif ». « J’étais de nouveau de moins en moins rassurée de voir la stagiaire sur son dos ! » Un jour, en le lâchant au paddock, l’entraîneur est conquise « par son action puissante et déliée». Elle ne gardera pas la stagiaire mais le cheval !

Son ancien entraîneur Julien Mérienne est alors « ravi d’apprendre que j’allais donner une seconde chance en compétition à Arian. Après lui avoir laissé le temps de se rétablir de sa tendinite ». Avec son mari, Patrick, ils lui concoctent un entraînement sur mesure. « Nous devons être à son écoute le matin, en allant à son rythme et le monter tout seul », avoue Anne-Cécile Trouvé. « Si nous ne faisons pas cela, il perd 20 kilos car c’est un cheval très sensible et généreux qu’il faut protéger de lui-même. C’est normal que nous cédions à ses caprices de star, il nous donne tellement », confie la professionnelle. Ainsi, elle veille à ne jamais fermer le volet de son box, à le mettre au paddock l’après-midi, et à arriver aux courses 4 à 5h, si ce n’est la veille avant le départ de la course afin qu’il décompresse . Pour les jockeys c’est pareil, Arian à ses préférences et son cœur est italien depuis un petit moment.

Encore une fois, samedi matin en partant de Chenu (72), ils veilleront à ne pas montrer à Arian qu’il se rend aux courses. « De toute façon, il le sent dès qu’on arrive dans son box que c’est un jour de course. C’est incroyable !  ». Samedi, il pourrait encore susciter la joie de son entourage comme après ses deux derniers succès parisiens au mois de juin. « C’est vrai qu’il est dans une bonne forme mais les handicapeurs l’ont sanctionné. Il garde tout de même la volonté pour s’imposer ». Une chose est certaine : « tant qu’Arian ira bien, il restera à la maison. Et même après, c’est inconcevable qu’il nous quitte, il nous a tellement apporté de joies dans des moments cruciaux de notre carrière. Il a toujours été notre bouffée d’oxygène », avoue l’entraîneur avec émotion.

Marion Dubois

Qui est Anne-Cécile Trouvé ?

ob_9f288f_anne-cecile-et-kojack-jpg

Anne-Cécile Trouvé

Installée à Chenu dans la Sarthe depuis 4 ans, Anne-Cécile Trouvé est issue d’une famille de cheval. « Plutôt des sports équestres», précise-t-elle. Mais une famille qui lui a toujours appris à faire passer le confort du cheval avant le sien. « Lorsque enfants nous étions trempés en revenant de balade, mon frère et moi, nous devions d’abord bouchonner, nourrir et soigner nos chevaux avant de s’occuper de nous-même », raconte l’entraîneur public depuis 2007. Elle veille sur sept chevaux avec son mari Patrick Blitte, ancien jockey. Loin d’elle l’idée d’être un entraîneur « hyper sélectif et intransigeant qui se séparerait des chevaux sur la touche. Avec patience et compassion, elle remet sur la voie de la compétition, des chevaux souvent en double-file des grosses écuries. « C’est devenu ma marque de fabrique de récupérer des chevaux aux anciennes bonnes valeurs », reconnaît-elle. Elle dépoussière leur musique en redonnant à ses pensionnaires quelques notes de liberté. Anne-Cécile avoue en conclusion, aimer « les chevaux cabossés qui prennent une revanche sur la vie en s’imposant là où l’on ne les attendait plus ».

 

L’écurie de groupe Milpa cherche des propriétaires

En vue de la création d’une petite écurie de groupe: l’écurie Milpa, l’entraîneur recherche de futurs actionnaires. Dans l’esprit de l’écurie, les propriétaires de l’entraînement d’Anne-Cécile Trouvé « deviennent des amis ». Elle poursuit : « une osmose s’installe car les propriétaires doivent être à notre image : combatifs et passionnés». Avec son équipe composée d’un maréchal-ferrant et d’une ostéopathe, Anne-Cécile Trouvé cherche à faire durer ses chevaux en restant compétitifs. Cette écurie de groupe sera composée de trois à cinq chevaux suivant les nombres de parts achetées. Si vous souhaitez devenir propriétaire : ecurieannececiletrouve.over-blog.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *