Cristian Demuro, un Italien à Deauville

Cristian Demuro

Cristian Demuro

Le jockey italien de 21 ans a posé ses valises en France depuis le mois de mars. Mais pour les beaux jours, le jeune homme a pris ses quartiers d’été à Deauville.

Vous vous êtes installé en France, en mars. Quel bilan tirez-vous ?

Je suis satisfait de mon début d’année, je totalise 32 victoires. Mon objectif à la fin de la saison est d’obtenir 50 succès. Je suis content de ma décision, je voulais me donner un meilleur avenir qu’en Italie.

Quels sont vos souhaits en France ?

Avant d’arriver, je voulais gagner un groupe. C’est chose faite grâce à Xcellence. J’aimerais désormais remporter un groupe I et faire partie des meilleurs jockeys de France.

Pourquoi avoir quitté l’Italie?

La situation financière n’est malheureusement pas extraordinaire. Dès mes 16 ans, je suis parti d’Italie pour voyager, mais c’est en France que j’ai décidé de m’installer. Les qualités des courses expliquent mon choix.

Comment vous êtes-vous adapté aux courses françaises ?

J’ai monté à Dubaï, au Japon, aux Etats-Unis. Changer régulièrement de pays m’aide à m’adapter. Mais au début, ce n’était pas facile en France. Le rythme est lent, tout le monde va au petit galop et personne ne veut aller devant. J’ai dû m’adapter mais aujourd’hui c’est bon.

Vous faites le meeting de Deauville. Comment cela se passe-t-il ?

J’ai décidé pour la première fois de louer un appartement tout l’été. Mon agent m’a conseillé de le faire car tous les professionnels sont là, l’été.

Que pensez-vous de Deauville ?

C’est une très belle ville, le programme des courses est très intéressant. J’ai été surpris de voir autant de monde sur l’hippodrome. Il y a beaucoup de touristes. Cela fait du bien de voir du public.

C’est important pour vous ?

Oui je trouve que cela créé une ambiance sur l’hippodrome. En Italie, il n’y a plus personne à venir. Pour les jockeys, entendre les spectateurs avant de franchir le poteau cela donne de l’adrénaline.

Comment envisagez-vous la rentrée ?

Je vais revenir à Chantilly pour monter principalement pour Fabrice Chappet et Alexandro Botti. Je vais rester free-lance et continuer à collaborer avec mon agent Pierre-Alain Chereau. J’aimerais bien décrocher un contrat pour une écurie.

Laquelle ?

Je ne sais pas… Pour celle qui voudra bien de moi !

Marion Dubois

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *