Emeline Desmigneux, la lad dévouée de New Bay

Emeline Desmigneux

Credit photo : JMA photos

La jeune Emeline Desmigneux, 18 ans, s’occupe de New Bay avant même qu’il ne foule un hippodrome. La cavalière d’entraînement souhaitait l’emmener jusqu’à l’Arc, c’est chose faite. Dimanche soir, elle arrête le métier pour se tourner vers le trot.

Au début New Bay n’inspirait pas la jeune cavalière d’entraînement. « Il avait deux ans et manquait de force et avait mal au dos, je ne l’aimais pas ! », se rappelle-t-elle. Mais aujourd’hui la confiance s’est installée et une vraie complicité est née au fil des matins brumeux sur les pistes. « Désormais c’est mon NewNew ! Je m’y suis attaché, il est très coquin et a pris beaucoup de force », confie Emeline Desmigneux. New Bay sort généralement au premier lot avec sa cavalière, « il se montre très sérieux au travail et marche beaucoup au moral, au retour au box il a toujours besoin de se gratter le front».

Meilleur que Trêve ?

Son champion effectue tous ses entraînements, avec un certain Flintshire « c’est son copain, ils sont toujours ensemble. Quand Flintshire est parti courir à Saratoga, New Bay le cherchait » explique Emeline. Mais les deux cracks ont beau être copains, la cavalière est persuadée que New Bay sera devant lui ce dimanche dans le prix de l’Arc de Triomphe. « Je ne crains que Trêve » fait-elle savoir. Elle poursuit : « Mais il a les capacités de la battre, au pire il sera 2ème mais il ne sera pas battu par n’importe qui ! Je ne me fais pas d’inquiétude pour le terrain, il va partout, c’est ça la marque des bons chevaux ».

Du trot au galop…

Emeline Desmigneux l’emmènera aux courses ce dimanche « sans pression ». Pour la jeune fille, il s’agira de son dernier jour aux côtés de son crack. « Je quitte le galop pour revenir dans le monde du trot ». Avec des parents trotteurs en Seine-et-Marne, Emeline a pourtant choisi la vitesse du galop, après avoir goûté aux courses de poney. Elle est entrée à l’Afasec de Chantilly à 14 ans. Elle travaille depuis 3 ans chez André Fabre mais elle ne souhaite pas rester uniquement cavalière d’entraînement. « Je souhaite monter davantage en course, et au galop c’est plus difficile pour faire sa place en tant que femme qu’au trot ». Emeline possède déjà une licence d’amateur au trot, elle a d’ailleurs remporté sa 1ère course mi-juillet. Elle va devenir professionnelle au trot à partir du 1er novembre, mais elle devra attendre 6 mois comme le veut le règlement avant de pouvoir monter en compétition.

Des concessions pour un crack

En se lançant dans le milieu du galop, la cavalière ne pensait pas monter un crack comme celui-ci le matin. Croiser la route de New Bay lui permet de vivre une aventure exceptionnelle mais cela n’a pas été sans concessions. «C’est une bonne expérience mais ça a aussi gâché mon avenir. Je suis restée pour lui jusqu’à maintenant car je ne me voyais pas le quitter avant l’Arc et je ne voulais pas le voir monté par quelqu’un d’autre que moi sur les pistes. C’est pour ça que je repars dans le trot pour couper complètement », confie-t-elle. Elle aurait pu changer d’écurie afin d’espérer monter davantage au galop mais elle a fait preuve d’abnégation pour amener New Bay au sommet de son art. New Bay n’a plus qu’à lui prouver sa reconnaissance.

Marion Dubois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *