Sébastien Maillot : Le maillot jaune des courses hippiques corses

Le tour de France vient de quitter la Corse, Sébastien Maillot, lui, y retourne tous les week-end. Il n’est pas du genre à regarder la caravane passer mais plutôt à enchaîner les coups de quatre sur l’Ile de Beauté. Il nous raconte les courses corses tout en revenant sur sa carrière.

Image

Comment avez-vous commencé à monter en Corse ?

En 1993, Jean-Baptiste Andreani un propriétaire corse de Robert Collet avait besoin d’un jockey. Stéphane Pasquier, avec qui il collaborait régulièrement ne pouvait pas s’y rendre. Je l’ai donc remplacé. Puis j’y suis retourné quelques années après, et maintenant je monte là-bas régulièrement.

 Vous habitez en Corse ?

Non j’aimerais bien ! Le climat, les gens, les paysages… Tout est magnifique. On y resterait bien mais pour ma famille je dois rester en région parisienne, près de Chantilly.

 Comment organisez-vous vos montes entre la Corse et le continent ?

En début d’année, je suis sur l’île presque tous les week-ends s’il n’y pas de courses parisiennes. En Corse, elles se déroulent de février à octobre mais bien souvent l’été je m’y rends moins car je suis à Deauville. Si j’ai de meilleurs montes à Paris, je ne fais pas le déplacement dans le sud.

Pouvez-vous nous décrire les courses sur l’Ile de Beauté ?

Les tactiques de courses sont assez faciles. Tout le monde se respecte et connaît les chevaux des uns et des autres. Comme c’est une petite île, les même chevaux se rencontrent tout le temps donc on fini par connaître leur réaction. Mais parfois, il peut y avoir des surprises, c’est toujours sympa pour le propriétaire.

Comme il y a 15 jours, où vous avez signé quatre victoires le même jour ?

Sur mes quatre montes, j’étais certains de disputer l’arrivée avec deux chevaux. La chance était avec moi ce jour là, sur l’hippodrome de Prunelli-di-Fiumorbo. Un bon cheval qui venait d’être réclamé à St-Cloud était favori et partait pour gagner, mais il a glissé dans le dernier tournant. Je gagne d’une tête.

 Avec qui collaborez-vous en Corse ?

J’ai noué des liens avec Jean-Claude Sarais qui fait partie des meilleurs entraîneurs de l’Ile. Il a réalise actuellement une belle saison, notamment grâce à deux AQPS dont Tsar Morivière.

 Quel est le profil des chevaux qui courent là-bas ?

Ce sont des chevaux maniables qui se mettent vite en jambe car les hippodromes n’ont pas de grandes lignes droites. Bien souvent, les chevaux qui arrivent en Corse n’ont plus d’engagements favorables en France, donc ils changent d’air ici. L’atmosphère de la méditerranée est bénéfique pour les chevaux. En plus, ils sont entraînés sur la plages ou sur les hippodromes. Le changement d’environnement est favorable pour certains.

 Qu’est-ce qui vous plaît le plus sur les hippodromes corses ?

La convivialité. Il y une bonne ambiance aussi bien dans le vestiaire, entre jockeys, que sur l’hippodrome avec le public. L’été, jusqu’à 3000 personnes peuvent être présentes au champs de course de Zonza. Ça serait intéressant d’avoir une réunion PMU en Corse, les habitants seraient contents. A Paris, il n’y a pas cette atmosphère champêtre. Une fois les courses terminées tout le monde rentre chez soi. Ici, on refait les courses entre amis jusqu’à la fermeture de l’hippodrome.

Vous avez également de beaux souvenirs en France ?

Oui j’ai eu deux moments forts dans ma carrière. Ma victoire dans le prix Morny (groupe I) avec Whipper, en 2003, et mes belles arrivées au Japon, au Canada ou encore en Suède avec Mores Wells en 2010. Au total, j’ai glané 600 victoires pour l’instant. Cette année je suis à 22, dont 8 gagnants en Corse.

Comment voyez-vous la suite de votre carrière ?

Tant que mon poids me le permet, je vais continuer de monter en course. J’aime vraiment le contact avec les chevaux, donc je ne cesserai jamais de travailler auprès d’eux. Soit en tant que cavalier d’entraînement ou autre, mais pas sous une casquette d’entraîneur.

 Marion Dubois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *