Thomas Gueguen : « Je veux être le jockey n°1 de l’écurie Nicolle »

 

thomas gueguen

Thomas Gueguen a remporté son premier quinté mardi, à Pau. Le jockey de François Nicolle, réalise sa plus belle saison avec 35 victoires et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Votre victoire dans le quinté avec Porlock Bay vous a-t-elle surpris ?

Je n’y allais pas en me disant que j’étais certain de gagner, mais je ne me présentais pas non plus pour faire de la figuration.

Votre nom apparaît de plus en plus sur les programmes. Comment l’expliquez-vous ?

Effectivement, je monte en grade au sein de l’écurie Nicolle. J’ai effectivement franchi un cap, même avec des chevaux de second plan. Et je pense que j’ai réussi à gagner la confiance de mon patron.

Vous avez un parcours atypique. Pouvez-vous nous raconter vos premiers pas dans le milieu hippique ?

Je n’ai débuté en course qu’à 25 ans ! J’ai d’abord suivi des études après mon bac. J’ai obtenu un DUT en génie-mécanique et une licence professionnelle « maquettiste-numérique ». J’avais également entamé une licence universitaire en conception numérique mais à 23 ans, j’ai décidé d’arrêter pour monter à cheval. Car j’étais passionné.

S’agissaient-ils de vos premiers pas à cheval ?

Non, car j’ai une formation de cavalier de concours. Je montais également à l’entraînement chez François Nicolle, en parallèle de mes études. Même si ça se passait bien à l’école, j’étais de plus en plus passionné par les courses. J’avais un bagage scolaire et j’étais suffisamment grand pour décider de changer de voie professionnelle.

Comment se sont passés vos débuts comme professionnel dans le milieu hippique ?

Je suis arrivé comme cavalier d’entraînement et garçon de voyage, chez François Nicolle en 2008. Je le connais depuis mon enfance, car mes parents et lui sont amis. À force de me voir sauter les chevaux le matin, il m’a proposé de passer ma licence de jockey. J’ai débuté en 2010.

Vous avez 5 ans d’expérience dans les pelotons, comment résumez-vous votre carrière ?

En 2013, j’ai commencé à monter en grade avant d’être blessé les six premiers mois de l’année suivante. Les blessures à répétitions m’ont coupé dans mon élan mais à partir de septembre 2014 et toute cette année, j’ai bien progressé en enchaînant les victoires. J’ai toujours su, qu’il y avait quelque chose à faire en m’accrochant. Aujourd’hui, je suis en passe de réussir mon objectif : devenir jockey n°1 pour mon patron.

2015 est votre meilleure saison en termes de victoires, avec 35 succès. Êtes-vous satisfait ?

Oui et non. Car j’ai encore été blessé en septembre, ce qui m’a écarté près de deux mois des hippodromes. J’ai loupé de bons chevaux à Paris et j’ai mis du temps avant de me remettre en confiance. J’aurais également aimé atteindre le cap des 100 victoires avant la fin de l’année, il m’en reste encore 7 à faire.

Quels sont vos meilleurs souvenirs en course ?

Ils ne sont pas liés à des courses mais à des chevaux comme King’s Speech ou Present From Paris. Les deux avaient la particularité d’être très compliqués et m’ont demandé beaucoup de travail le matin. Ils m’ont aidé à gravir les échelons et m’ont beaucoup appris.

Quels sont vos objectifs ?

Monter les meilleurs chevaux de l’écurie et gagner un groupe, même plusieurs l’an prochain !

Propos recueillis par Marion Dubois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *